Historique

 

AccueilHistorique

 

Je suis née le……à vrai dire je n’en suis pas sûre….à l’époque l’ordinateur n’avait pas cours et on ne se précipitait pas en mairie pour annoncer la venue au monde d’un nouveau-né.

     On parle de moi dans quelques compte-rendu parus en 1866, mais très officiellement je suis déclarée en sous préfecture le 31 octobre 1888 sous le doux prénom de « Lyre Bédaricienne ». Je sais aussi qu’un petit cousin prénommé « Fanfare » de parents méconnus, anime joyeusement les fêtes de ma ville.

     Au milieu du 19ème siècle, à l’occasion du passage de la Princesse Eugénie on me pare d’une magnifique bannière.

     Début du 20ème siècle les lois consacrant la séparation de l’Eglise et de l’Etat déstabilisent notre famille et nous séparent, je suis alors rebaptisée « Lyre Républicaine » et mon cousin, « Bédarieux Fanfare ». Sachez que quelques uns d’entre nous, ne pouvant se résoudre à cette séparation, fréquentent en catimini les deux familles, tel l’arrière Grand-père d’André Claveria mon dernier rejeton de Président.

     Malgré tout, un groupe de sages appelé « Musique des Vétérans » réussit une réconciliation transitoire pour inaugurer le monument du très célèbre écrivain du 19 ème siècle, Ferdinand Fabre.

      Mes premières photos « Harmonie Bédaricienne » datent de 1907, à partir de là de courageux parents se succèderont pour m’élever Jules Maraval, Georges Vernazobres, Joseph Guiraudou , mon éducation musicale sera assurée par les prestigieux Emile Thomas, Emile Astruc, et ce jusqu’à…la deuxième guerre mondiale. Durant ce demi-siècle je participai joyeusement à toutes les cérémonies, fêtes, spectacles, Ste Cécile, concerts….

     Au milieu de mon album trône une magnifique photo datant de 1936 où je pose avec mes deux cousins « l’Orphéon » et « la Clique ». Pendant la guerre nous nous resserrons les coudes avec nos frères Lamalousiens avec qui nous jouons sous l’œil expert d’Eugène Falgas.

     En 1946 je participe à un concours à Lamalou les Bains sous la baguette de Jules Cacaso. En 1949 je brille à nouveau lors d’un autre concours en terre Bédaricienne cette fois-ci, sous la direction de Roger Bonnal.

     Jusqu’en 1965 les temps sont difficiles et malgré les efforts de mes parents je traverse une longue période monotone. L’année suivante arrive un oncle non pas d’Amérique mais d’Afrique, Albert Galtier se passionne pour moi, décide de me reprendre en main, de repartir à zéro en rappelant quelques anciens et en ouvrant largement les bras à de nouveaux musiciens. Ceux de «  La Clique » nous rejoignent et d’année en année on dit que je me fais de plus en plus belle !

     Et voilà qu’on m’habille de pied en cap pour aller parader à Mèze, Valras… Albert aidé de Mr Chapoulet s’ingénient à me faire parler toutes les clés et sur tous les tons.

     Durant les années 1970-80, malgré les difficultés économiques de ma petite région, je me démène « urbi et orbi » et, en 1982, ma réputation grandissant, mon mariage avec nos villages voisins me donne le nom de « Harmonie Bédaricienne et des Hauts Cantons ». L’année suivante je pars conquérir d’autres lauriers outre-Rhin chez nos amis d’Engeratzofen avec lesquels les échanges perdurent.

     En 1991 tonton Albert dans sa grande sagesse me confie à ses deux meilleurs garnements André Claveria et Serge Romia. Depuis, André préside à ma destinée, quant à Serge il va s’attacher, avec Jean-Marie Bel, à parfaire mon éducation musicale pendant dix ans avant de passer la baguette à Patrick Pouget jeune chef qui me mena jusqu’au concours national de Béziers en 1997. Vint ensuite l’éphémère mais non moins brillant Ludovic Pérez, chef assistant à l’Orchestre National de France.

     Puis, c’est avec enthousiasme et entrain que sont célébrées mes fiançailles avec Laurent Picot venu relever le défi de lui succéder. Pari vite réussi, il m’adopte je l’aime et il m’emmène en Voyage de Noces à Aurillac remporter un nouveau trophée. Pendant sept ans je séduis Carmen à tous les « Paseos » des arènes de Béziers, avant d’aplatir en en-but à Montpellier parmi l’élite de « l’Ovale ».  En 2007 Laurent me fait franchir le seuil de ma nouvelle maison sise Allée Maurice Ravel, sous l’œil attentif de Dédé et le regard attendri d’Albert.

     Aujourd’hui je rassemble une grande famille, avec des enfants venus d’horizons très divers dont la seule ambition est de partager une passion commune quels que soient leur âge, niveau ou perspectives, la Musique.

     Quant à moi, malgré 120 ans plus ou moins chaotiques, mes cuivres brillent de mille feux, mes bois sont toujours aussi charmeurs et mes percussions des plus vivaces. Ma maison est accueillante, mes amis et mes amants nombreux…. Que la Vie et la Musique sont belles ! 

 

Socrate Arribas. Vice Président de l'Harmonie              

 

[Accueil]

 

[Presentation][Calendrier][Contacts][Photos][Jumelage]

Copyright (c) 2005 Hbdx. Tous droits réservés.
harmoniebedaricienne@wanadoo.fr